Dessins

lâcher prise chercheur doctorat humour

Quand le chercheur essaie de lâcher prise (tout en finesse)

Aaaaah le lâcher prise…  l’expression super à la mode du moment. On en entend parler partout: à la télé, dans les magazines à la con des salles d’attente, sur internet, avec des titres d’articles ultra débilos, du type « Arrêtez de vous battre: lâcher prise !« , « Pourquoi le lâcher prise attire la chance?« , « Le pouvoir est dans le lâcher prise » etc. Avec ce matraquage  à outrance sur le lâcher prise, on culpabiliserait presque de ne pas réussir à lâcher prise…. Le job d’un chercheur consiste à se questionner sans cesse, de remettre en cause les évidences, d’analyser son environnement. Lui demander de mettre son cerveau sur OFF, c’est comme demander à un coiffeur de couper sans ciseaux. C’est tout à fait possible, il peut toujours couper les cheveux avec ses dents, mais ça lui prendra plus de temps!

8 commentaires pour ce dessin

  1. Zazie dit :

    J’adore et encore une fois je pense comme toi. Le lâcher prise est une expression très à la mode, mais essaie donc quand tu fais de la recherche !
    IMPOSSIBLE !
    Sinon … toujours aussi marrante la Tite Doc … et toujours aussi scato ! lol !
    J’ai relu l’entièreté de ton tome 1 hier et je me suis marrée encore et encore … avec des yeux différents, ceux d’après la soutenance ! 😛

  2. c’est pour quand le tome 2 ????
    j’ai commandé au père noel mais je suis pas sure d’avoir le courage d’attendre jusque là …

  3. Kei dit :

    Après de longue recherche dans un monastère reculé du monde, j’ai trouvé la réponse : j’ai accepté de lâcher prise du fait que je ne pouvais pas lâcher prise de ma thèse. Imparable.

  4. Joyce dit :

    Au cours de ma thèse j’étais une boule de nerf et je ne savais pas « lâcher prise » et je ne comprenais pas ce que cela voulait dire. Aujourd’hui après ma soutenance j’ai compris. Le « lâcher prise » ne veut pas dire de mettre son cerveau sur OFF mais c’est arrêter de résister et accepter que l’on ne peut pas tout contrôler. A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et perdons notre sérénité. Quand on commence à comprendre ça nos manipes et notre science avanceront mieux 🙂

  5. Gaëlle dit :

    Ahhhh le fameux « lâcher prise »… c’est fou je l’ai répété non stop dans la dernière ligne droite d’avant soumission: « c’est bon ça me gave, je ne comprends pas y en a marre je lâche prise! » et évidemment impossible à faire et on se ronge le cerveau pour trouver la réponse! La culpabilité c’est surtout quand on s’épuise à justement ne pas lâcher prise alors qu’on est censé y parvenir « finger in the nose »!

  6. MathGon dit :

    Tu as trop bien bossé! Je pense que pour la plupart d’entre-nous, il reste encore des publis à écrire 😛